top of page
Rechercher

+ 136 % de participants à la Tramontana cup : pourquoi ?

Dernière mise à jour : 19 avr.

La murène, poisson inquiétant, possède deux paires de mâchoires pour mieux avaler sa proie. Si vous étiez à Leucate les 13 et 14 avril, vous le savez. Vous savez aussi que le Trophée du Parc naturel marin du golfe du Lion y a attiré 26 bateaux pour sa deuxième régate, la Tramontana cup. Un chiffre inédit. Assurément, le Trophée s’envole, grâce à vous.


10 heures, samedi 13 avril : Michel Astruc, président du Yacht Club de Port Leucate (YCPL) briefe les concurrents de la Tramontana cup sur le déroulement de la régate.

« 26 bateaux inscrits, soit environ 80 membres d’équipage, ça fait longtemps qu’on n'a pas eu ce chiffre à Leucate ! s'exclame le président de l'YCPL, particulièrement satisfait. En plus de nos bateaux, 5 d’Argelès, 3 de Banyuls, 2 de Canet et 2 de St-Cyprien ont participé à la Tramontana cup, qui ouvrait notre saison nautique. C'est la dynamique du Trophée du Parc marin qui a permis ce record. »  


Ce week-end-là, les équipages étaient venus courir une régate qui constituait la deuxième étape à la fois du Trophée du Parc marin 2024 et du Challenge ski-voile.


Michel Astruc leur a rappelé les bonnes pratiques et éco-gestes à respecter en mer, conformément aux engagements pris vis-à-vis du Parc marin depuis 2022, par le comité départemental de voile des Pyrénées-Orientales (CDV 66) et les clubs de voile participant au Trophée.





11 heures : départ de la première manche, sous un soleil estival mais sans tramontane.

Que nous a réservé le comité de course d'YCPL pour débuter la Tramontana cup ? Un parcours côtier avec passage au Cap Leucate, à la bouée du houlographe puis un aller-retour entre l'Estacade et le Cap Leucate. Parmi les régatiers, on comptait deux bateaux plus légers du pôle course de Leucate – un J/70 et un J/80 – nouveauté dont se réjouissent les membres du club. « C'est important d'élargir le profil des bateaux que nous accueillons, pour augmenter l’attractivité de la voile, notamment auprès des jeunes », relève Michel Astruc.  


Avec moins de 10 noeuds de vent, les équipages ont eu le loisir d'admirer le littoral de cette belle commune de l'Aude, ses plages de sable doré et ses falaises en calcaire. Une quarantaine de randonneurs aussi, auxquels l'intérêt des animations du Trophée n'avait pas échappé. Ainsi, avec le club de randonnée de Leucate et un bénévole de l'YCPL pour commenter la balade – remercions vivement ces guides ! – ils ont arpenté la côte, jusqu'à saluer les habitables au Cap Leucate, chauffé par le généreux soleil.





17 heures : toujours en course

La vie des équipiers était-elle aussi sereine que celle des randonneurs ? « Un vent faible qui rendait le temps long, un courant qui corsait la course... C'est un scénario auquel il faut s'attendre quand on régate. Le parcours côtier a permis de tester notre patience et notre habileté stratégique, pendant six heures », retient Éric Poupet, membre de l'équipage du Django, habitable du Yacht club d'Argelès Racou (YCAR). Aussi cette manche du samedi, programmée pour finir à 17h, s'est-elle achevée plus d'une heure plus tard.


Le bateau comité de la Tramontana cup à Leucate les 13 et 14 avril 2024 Trophée du Parc marin.
Sur le bateau comité, qui conçoit les parcours pour satisfaire les régatiers et régule les courses, des bénévoles. Remercions-les !

18h30 : quizz ludique avec le Parc marin

Difficile avec les conditions de vent d'arriver à l'heure à l'espace Henry de Monfreid de Port Leucate, pour la conférence du Parc marin sur les poissons côtiers. Michel Astruc lui-même en a pris son parti : « J'ai volontairement abandonné la course, pour ne pas manquer l'intervention du Parc marin. Elle avait attiré un public d'adultes et d'enfants, puis quelques régatiers se sont empressés de nous rejoindre. »

 



Et pour cause ! Alizée Martin avait pour mission, dans cette conférence, de promouvoir les activités du Parc marin. Elle avait déjà étonné son audience en 2023 par le brio de son exposé et a, de nouveau le 13 avril, captivé les curieux venus s'instruire. Quelles espèces de poissons fréquentent le Parc naturel marin du golfe du Lion ? Comment les préserver ? Quels subterfuges soles, oblades, rascasses, utilisent-ils pour éviter de se faire croquer ? Et ce poisson inquiétant, mythologique, la murène, possède-t-il un système cardiaque en plus de ses deux paires de mâchoires ? Quizz interactif à l'appui, la jeune femme, qui participe, par son métier, au recensement dans le Parc marin, a fait découvrir à la salle la faune que l'on croise dans ses eaux, équipé d'un masque, et la règlementation protectrice dont certaines espèces bénéficient. Le Trophée apporte de la connaissance, c'est désormais un acquis.  




20 heures : un dîner aux couleurs locales au Yacht Club de Port Leucate


Pour l'YCPL, la Tramontana cup fait primer régates et convivialité. Le club a donc proposé aux équipiers et leurs familles de se réunir autour d'un buffet, au club house, à 20h le samedi. « Nous étions une soixantaine, sans places attribuées et nous avons pu discuter les uns avec les autres, c'était très chaleureux », commente Michel Astruc. Selon l'esprit du Trophée, les produits locaux composaient le dîner : plateaux de charcuterie, salade du pêcheur au thon, rouille d’encornet, plateaux de fromages et flan occitan.




10h, dimanche 14 avril : retour à l'eau pour des parcours techniques

L'Indépendant était là pour suivre ce deuxième jour de Tramontana cup, en la personne de sa journaliste Valérie Pons. Les organisateurs du Trophée en étaient touchés, conscients que la presse familière aux Occitans peut beaucoup les aider à faire connaître leur travail et leurs objectifs citoyens. Laurent Sagols, président du CDV 66, en a profité pour expliquer à madame Pons la vie des régatiers. « J'ai moi-même dû renoncer à courir dimanche, à cause d'une petite avarie sur mon bateau, Heyoka. Cela fait partie du jeu. »



Qu'exigeait la Tramontana cup pour son dernier jour ? De la technicité pour effectuer trois manches aller-retour jusqu'à une bouée au large de Port Leucate.  « Il fallait prendre un bon départ, car le parcours, construit, n’était pas très long, résume Michel Astruc. De plus, les retours se sont faits sous spis, qui devaient être levés en quelques mètres pour ne pas se faire passer devant. » Les 24 habitables ont navigué avec 3 à 11 nœuds de vent jusqu'à 16h.

 
17 heures : fierté des vainqueurs, joie des organisateurs

Le président d'YCPL a proclamé les résultats au club house, le dimanche vers 17h, félicitant les équipages autour du pot de l'amitié. Comme récompenses, tous se sont vu remettre un beau fascicule sur l'aire marine protégée du golfe du Lion et un livre de recettes de cuisine des marins, offerts par le Parc marin. Michel Astruc a, de plus, remercié les bénévoles du club : « Sans eux, pas de régate. Les bénévoles s'occupent du comité de course, des collations, de la préparation du dîner avec le traiteur... Merci ! ».


Les trois équipages vainqueurs – Mijanelle (YCPL), Maïana (YCCR) et Maupiti (YCAR) – ont, eux, reçu le magnifique livre de Serge Briez, sur Les peuples de la mer.



Que conclure ? La deuxième Tramontana cup du Trophée du Parc marin est, pour le CDV 66 et l'YCPL, une source de satisfaction. Pour son taux de participation d'abord, en hausse de 136 % par rapport à l'édition précédente, en 2022 – celle de 2023 ayant été annulée pour cause de gros temps. « Nous avions accueilli 11 bateaux en 2022, ils étaient 26 cette année », rappelle Michel Astruc. Ensuite, parce que trois des clubs parties au Trophée remportent la course : Mijanelle, bateau adhérent d'YCPL, devant Maïana (YCCR) et Maupiti (YCAR). Enfin, parce qu'avec l'épreuve de Leucate, le Trophée assoit un peu plus la légitimité de sa douce croisade environnementaliste sur les côtes soeurs de l'Aude et des Pyrénées-Orientales.


Vive la prochaine étape, à Banyuls et Port-Vendres, les 11 et 12 mai !



Crédits photos : Éric Poupet, YCPL, tous droits réservés.


Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page